Accéder au contenu principal

La Dune, Matías Crowder

Dans La Dune (éditions La Dernière Goutte, 2016), l’écrivain Matías Crowder raconte une histoire nimbée de rêve et de surnaturel, mais il la situe dans un contexte historique précis : les années qui suivirent la Campagne du Désert (1879-1881) initiée par le gouvernement argentin pour s’approprier les terres des Indiens. L’ultime étape de cette guerre ayant été la tentative d’extermination de ces populations précolombiennes et l’installation des colons (les huincas, des anciens soldats reconvertis en paysans). Dans le roman, ces événements historiques sont racontés tour à tour par différents personnages : Benjamín Coto, le prêtre du village de Trenque Lauquen où se situe l’action ; Sabino, jeune indien déporté ; Nora, fille de huincas ; Abelardo Renzi, un berger cruel et stupide. 

La Dune de Matias Crowder aux éditions La Dernière Goutte
Le roman débute donc en 1887 alors qu’une dune de sable avance inexorablement sur les terres des colons, dévastant tout sur son passage. Ces derniers interprètent le fléau comme un châtiment divin. La dune est pourtant déjà apparue par le passé, comme le raconte un vieux chef indien à son peuple déporté : « la dune revient régulièrement nous rappeler notre condition. » Mais dans ce monde brutal et cruel, face à l’incertitude, le besoin de divin est partout, et chacun projette sur le phénomène ses peurs et sa culpabilité. Un besoin symptomatique de ce temps d’après la guerre que raconte Matías Crowder, où les exactions sont dans toutes les mémoires, et où les hommes oscillent encore entre peur, désir de vengeance et nécessité de se réconcilier.

Un très beau roman, superbement traduit, avec des mises en abîme agiles faisant du récit une sorte de kaléidoscope dans lequel se refléterait le passé, dans toute sa complexité, avec ses faits historiques et ses légendes.

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

La Marche royale, Andreas Latzko

La Marche royale est un court roman de l’écrivain austro-hongrois Andreas Latzko (1876-1943). C’est Nathalie Eberhardt, coresponsable des éditions La dernière goutte qui en livre ici une belle traduction pour les lecteurs francophones (d’après une édition allemande parue en 1932). Qu’est-ce qui nous pousse à nous emparer d’un livre ? Une convergence de petites choses, j’imagine, par exemple l’admiration pour une maison d’édition et son travail de découverte de textes étrangers, contemporains ou classiques, parfois rares ou oubliés, toujours percutants.