Accéder au contenu principal

Articles

L'Amérique de Joan Didion, les revers du rêve américain

De Joan Didion, j’avais lu le fameux L’Année de la pensée magique, un essai sur le deuil, et Maria avec ou sans rien, un beau roman sur l’univers d’Hollywood. Ici, les chroniques de Joan Didion réunies dans L’Amérique par les éditions Grasset ont été extraites de plusieurs essais publiés aux États-Unis (Slouching towards Bethlehem, 1968 ; The White Album, 1979 ; After Henry, 1992), qui compilaient eux-mêmes des articles parus dans des magazines : The Saturday Evening Post, Life, Esquire, The New York Review of book, The New Yorker. Ces chroniques sont donc représentatives du travail journalistique de l’auteure et de son rôle de témoin des événements qui ont marqué la société américaine des années 60 aux années 80.

Joan Didion, une figure du Nouveau JournalismeLe Nouveau Journalisme, qui a vu le jour dans les années 60 aux États-Unis, se caractérise par sa dimension narrative, sa subjectivité et son souffle littéraire. Joan Didion intègre par exemple son parcours dans son écriture, elle…
Articles récents

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. En effet, à la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup…

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

La Marche royale, Andreas Latzko

La Marche royale est un court roman de l’écrivain austro-hongrois Andreas Latzko (1876-1943). C’est Nathalie Eberhardt, coresponsable des éditions La dernière goutte qui en livre ici une belle traduction pour les lecteurs francophones (d’après une édition allemande parue en 1932). Qu’est-ce qui nous pousse à nous emparer d’un livre ? Une convergence de petites choses, j’imagine, par exemple l’admiration pour une maison d’édition et son travail de découverte de textes étrangers, contemporains ou classiques, parfois rares ou oubliés, toujours percutants.

Mes questions à Étienne Chaize, l'auteur d'Helios

Le magnifique Helios d’Étienne Chaize a été publié par les éditions 2024, une maison d'édition spécialisée dans la bande dessinée et les livres illustrés.

Umami, Laïa Jufresa

Umami de l'écrivaine mexicaine Laïa Jufresa fait partie de ces livres qu’on n’a pas envie de finir, tant ses personnages sont attachants. Ce livre, je savais depuis un moment que je le lirais, car je suis l’actualité de son auteure sur les réseaux sociaux. Alors quand je suis tombée sur l’édition de poche d’Umami en librairie, je n’ai pas hésité.

Station Eleven, Emily St. John Mandel

Station Eleven est un roman post-apocalyptique bouleversant, aussi profond que divertissant. Ce quatrième livre de la Canadienne Emily St. John Mandel est publié en France par Rivages dans une magnifique traduction de Gérard de Chergé.

Sporting Club, Emmanuel Villin

Sporting Club est le beau premier roman d’un ancien journaliste français au Proche-Orient, publié par Asphalte, l’éditeur « des fictions de la ville et des marges »... 

Pour L'Empire, Bastien Vivès & Merwan

Je connaissais la bande dessinée de Bastien vivès, ce virtuose, mais pas celle du collègue avec qui il a réalisé la série Pour L’Empire, Merwan Chabane. En revanche, j’avais déjà pu admirer dans Pablo les talents de coloriste de Sandra Desmazières. Autant vous dire que graphiquement, ces trois tomes sont très réussis.


Une escouade romaine à la conquête de terres inconnues Pour L’Empire (éditions du Poisson Pilote) raconte l’histoire d’une escouade de l’Empire romain chargée par l’empereur d’aller conquérir de nouveaux mondes. Animée par une soif de combats et de gloire, elle pénètre donc petit à petit dans les terres inconnues. Dans le premier tome, L’Honneur, les hommes sont confrontés à l’inaction et à l’ennui, si bien que l’insubordination et le doute commencent à s’immiscer dans les rangs de l’escouade. Devant eux fuit un peuple d’« hommes sans honneur » (entendez qui n’attaquent pas frontalement la légion romaine, mais pratique plutôt une guerre d’embuscade). Dans le second tome…