Accéder au contenu principal

La Grande Villa, Laurence Vilaine

La Grande Villa de Laurence Vilaine, paru aux éditions GaïaLa Nantaise Laurence Vilaine a écrit La Grande Villa en 2015, lors de son deuxième passage à La Marelle qui organise à Marseille des résidences d’écrivain (en plus de ses activités d’action culturelle et d’édition). Je me souviens d’ailleurs de l’avoir rencontrée lors d’un Cabinet des lecteurs où elle avait été invitée par Peuple & Culture, lors de sa première résidence marseillaise. À la rentrée de septembre 2016 a donc paru aux éditions Gaïa La Grande Villa, dont le titre fait référence à la Villa des auteurs de La Marelle La Friche) où elle a séjourné.

La Grande Villa : le lieu de la consolation

Ce texte, dont l’éditeur nous dit qu’il s’agit d’un roman, raconte la relation entre une femme et un lieu, ou plutôt leurs retrouvailles. Quand elle arrive, la narratrice vient de perdre son père. Les larmes, les pensées envahissantes, la mollesse du corps, l’impression de vacuité, l’écriture impossible... la Villa des auteurs l’aidera à y faire face en devenant un refuge. Dans cette retraite qu’elle s’accorde, dans la solitude, le deuil se fait petit à petit. Le dialogue avec le père peut avoir lieu et des transmissions se faire. La villa, que l’auteure compare à une vieille dame, est en effet le lieu de la consolation : « Tu sais, la Grande Villa, c’est deux mains qui t’encadrent le visage. Pas un mot, juste deux mains comme un grand coquillage ouvert et tu te blottis dedans. »

Les mots disparus

Dans ce repli, la narratrice est paradoxalement absente et présente au monde. Les dialogues engagés ne peuvent avoir lieu que dans la solitude. Pourtant, parfois les mots se dérobent et l’auteure se déclare fatiguée de percer les mystères, alors le vide s’agrandit, et l’impression lui vient qu’elle n’aurait plus rien à dire. Mais c’est finalement dans ce silence que va s’opérer une alchimie qui lui permettra de retrouver le chemin de l’écriture. En s’exposant aux rayons du soleil, en caressant les feuilles du platane à la fenêtre, en faisant entrer la nuit dans sa chambre, en se sentant vivante au contact de ce monde extérieur vibrant, la narratrice retrouve sa voix et le dialogue avec le père reprend : « La nuit est là, entre le toit et les pattes des chats, au pied des fraisiers sur la paille, partout, jusque dans le cœur serré des dahlias. Et on dirait qu’elle veut prendre la parole. (...) Elle va chercher au plus profond, quelque chose qui s’éveille et s’étire, quelque chose qui monte si doucement que peut-être on n’entend pas. Elle va chercher ces mots-là, les jamais dits, qui viennent de si loin (...). »

L'écriture retrouvée

Suivent de magnifiques passages sur la joie de l’écriture retrouvée, sur la nécessité d’écrire avec l’absence, sur la respiration de la nuit, sur l’amour filial... La Grande Villa est un très beau texte — sensoriel — sur l’origine cosmique du souffle poétique. Court, le livre a pourtant du corps, une vraie épaisseur. On sent littéralement le travail d’écriture se faire, les mots s’extraire de l’informe et les lignes éclore, au fil des pages. Je peux vous l’avouer, maintenant : j’avais un peu peur d’ouvrir ce livre sur la mort du père. Mais j’avais tort, car chez Laurence Vilaine le récit de l’intime est toujours pudique, et surtout, à cette peinture du deuil est étroitement lié le thème de la création. L'écriture étant à la fois le moyen de conserver le lien avec le père disparu, et un antidote face à la mort, un élan vital.


Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. En effet, à la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup…

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Total Khéops, Jean-Claude Izzo

Total Khéops(éditions Folio), le premier tome de La TrilogieFabio Montale (Chourmo et Solea suivent), est un polar publié en 1995, écrit par l’auteur marseillais Jean-Claude Izzo, disparu prématurément en 2000. Fabio Montale, le personnage principal, est flic. Mais pas de ceux à qui on confie les grosses affaires de banditisme, non, lui est affecté au maintien de l’ordre dans les quartiers Nord de Marseille, à la Brigade de Surveillance de Secteurs. Considéré par ses collègues comme un « flic dangereux », car plus proche de la posture d’un éducateur que de celle d’un flic, il a accepté avec résignation cette relégation. Mais les choses vont changer le jour où son ami d’enfance – Ugo – revient à Marseille pour venger la mort de leur ami commun Manu, tué dans des circonstances obscures.



Une galerie de portraits Avec Total Khéops, Jean-Claude Izzo nous offre un beau portrait de flic désabusé, solitaire, hanté par les absents, mais entouré d’amitiés féminines bienveillantes. Fabio Montal…