Accéder au contenu principal

Sporting Club, Emmanuel Villin

Sporting Club est le beau premier roman d’un ancien journaliste français au Proche-Orient, publié par Asphalte, l’éditeur « des fictions de la ville et des marges »... 

Couverture de Sporting Club d'Emmanuel Villin, pau aux éditions Asphalte

Une errance immobile

J’ai beaucoup aimé Sporting Club d’Emmanuel Villin. Le roman raconte l’histoire d’un homme désœuvré, occupant son temps à la piscine dudit Sporting Club, attendant désespérément que Camille, l’homme sur qui il tente d’écrire un livre, se rende disponible pour répondre à ses questions. La ville dans laquelle se passe cette sorte d’errance immobile n’est jamais nommée, mais c’est une ville côtière, méditerranéenne, chaude, envahie par les voitures, baignant dans un capharnaüm permanent. De graves événements s’y sont déroulés, probablement une guerre, et le narrateur assiste, en la déplorant, à une frénésie de reconstruction : « cette ville, en perpétuel chantier, qui s’entêtait à effacer toute trace de son passé. »  Du coup, notre homme, par ailleurs esthète et collectionneur, fréquente les derniers lieux de la ville où le temps semble s’être arrêté : le Sporting Club, le Musée national...

Éloge de la lenteur 

Ce qu’il y a de plaisant chez ce personnage, c’est son détachement, l’absence de volonté de diriger sa vie. On ne sait pas ce qui l’a fait venir dans cette ville où il reste étranger, sans travail et sans argent. Parfois l’oisiveté lui convient, parfois l’ennui et l’incertitude prennent le dessus. Emmanuel Villin semble nous poser la question : que peut-il arriver quand une vie est ainsi mise en suspend ? De quels menus événements est-elle faite ? Cette étonnante absence d’intrigue s’accompagne d’un style élégant, d’un sens de la formule, d’une intelligence discrète et d’une autodérision salvatrice. C’est donc un ton plus qu’une intrigue qu’on apprécie dans Sporting Club. Le petit regret, dans cette lecture particulièrement divertissante, c’est le dénouement plutôt conventionnel du roman. Elle me plaisait bien, à moi, cette simple présence dans un décor urbain captivant. En résumé, si vous avez un peu le goût de l’absurde en littérature et beaucoup celui du beau style, ce roman devrait vous plaire !

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …

L'Amérique de Joan Didion, les revers du rêve américain

De Joan Didion, j’avais lu le fameux L’Année de la pensée magique, un essai sur le deuil, et Maria avec ou sans rien, un beau roman sur l’univers d’Hollywood. Ici, les chroniques de Joan Didion réunies dans L’Amérique par les éditions Grasset ont été extraites de plusieurs essais publiés aux États-Unis (Slouching towards Bethlehem, 1968 ; The White Album, 1979 ; After Henry, 1992), qui compilaient eux-mêmes des articles parus dans des magazines : The Saturday Evening Post, Life, Esquire, The New York Review of book, The New Yorker. Ces chroniques sont donc représentatives du travail journalistique de l’auteure et de son rôle de témoin des événements qui ont marqué la société américaine des années 60 aux années 80.

Joan Didion, une figure du Nouveau JournalismeLe Nouveau Journalisme, qui a vu le jour dans les années 60 aux États-Unis, se caractérise par sa dimension narrative, sa subjectivité et son souffle littéraire. Joan Didion intègre par exemple son parcours dans son écriture, elle…